De la QVT à la QVCT. Pourquoi ?

Définition de la QVT

Avant de comprendre pourquoi de la QVT on est passé à la QVCT, il convient de rappeler à quoi renvoie la QVT. La Qualité de Vie au Travail (QVT)  » peut se concevoir comme un sentiment de bien – être au travail perçu collectivement et individuellement qui englobe l’ambiance, la culture de l’entreprise, l’intérêt du travail, les conditions de travail, le sentiment d’implication, le degré d’autonomie et de responsabilisation, l’égalité, un droit à l’erreur accordé à chacun, une reconnaissance et une valorisation du travail effectué. » (Source : Accord national interprofessionnel – ANI – du 19 juin 2013 « Qualité de vie au travail »).

L’Aract Provence-Alpes-Côtes d’Azur a schématisé les 6 champs de la QVT au travers d’une marguerite :

Rappel des 6 champs de la QVT

Or la façon dont la QVT a été prise en compte a fait l’objet de critiques ces dernières années.

La QVT « tuée »?

La QVT semble avoir été « tuée » de par son association à la mise en place de « baby-foot » par exemple dans les entreprises. Nombreux sont les articles qui dénoncent la mise en place de ce jeu au sein des entreprises. Il a été qualifiée comme étant un « pansement » ou de la « poudre de perlimpinpin« . Une action donc très réductrice de la QVT par rapport à ses différents champs .

Le travail doit occupé une place centrale de la QVT. Cette dernière doit, surtout, permettre aux personnes de faire « du bon travail ». Pour citer Yves Clot (Titulaire de la chaire de psychologie du travail, Conservatoire National des Arts et Métiers) s’occuper de la qualité du travail est la solution pour améliorer la QVT. Ne pas pouvoir faire « du bon travail » c’est « en faire une maladie » rappelle-t-il. Et faire « du bon travail » c’est se sentir efficace et concourir à la Performance globale de l’entreprise.

La naissance du « C » entre la Vie et le Travail : la QVCT

En 2020, soit environ 7 ans après, un accord est signé afin de promouvoir la Qualité de Vie et des Conditions de travail. Les conditions de travail, d’après la DARES, renvoient aux aspects matériels (Exemple : contraintes physiques), organisationnels (Exemple : rythme de travail, temps de travail) et psychosociaux (Exemple : relations internes, sentiment d’utilité).

L’ANI 2020 rappel que la QVT dépasse la vision « risque professionnel » et invite à élargir le regard vers le travail et les conditions de sa réalisation : « la qualité de vie au travail et son corollaire la qualité des conditions de travail participent à la qualité du travail et à la prévention primaire » (ANI 2020).

L’ajout du « C » vient par conséquent renforcer l’importance de prendre en compte réellement les conditions de travail et donc ses composantes citées précédemment. La « Qualité de Vie et des Conditions de Travail » intègre le code du travail depuis l’entrée en vigueur de la loi Santé le 31 mars 2022.

Conclusion

La QVT regroupe un ensemble d’éléments qui auparavant semble avoir été peu pris en compte. Elle a été victime d’une vision réductrice critiquée. L’ANI 2020 a donc permis de replacer les Conditions de Travail et notamment le Travail au cœur de la QVT pour donner ainsi naissance à la QVCT. Cette dernière rentre dans le code du travail après l’entrée en vigueur de la loi Santé au travail de 2022. La QVT ne peut pas être dissociée de la qualité du travail. Améliorer la qualité du travail est facteur de Santé et Performance. Cette amélioration passe par l’amélioration de la qualité des conditions de travail.

Vous souhaitez faire de la QVCT un levier d’attractivité et/ ou de fidélisation ? TSP Ergo peut vous aider dans le déploiement de la QVCT au sein de votre entreprise. Contacter TSP Ergo.